»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Château-du-Loir A la découverte des secrets des rues de Château-du-Loir

Jacques Garnier, mémoire vivante de la ville de Château-du-Loir, (Sarthe), dans les domaines du commerce et de l'artisanat, nous emmène le long de la rue principale, du sud au nord

14/10/2016 à 11:36 par Administrateur

La maison de Monsieur Thézé, assureur. -
A Château-du-Loir, la maison de Monsieur Thézé, assureur , une des demeures remarquables de la rue.

Poursuivons notre saga retraçant l’histoire des commerces et belles demeures de Château-du-Loir (Sarthe) en compagnie de Jacques Garnier, dit “Pépette”.

>>> A lire aussi : l’avenue Jean Jaurès d’antan contée par Jacques Garnier <<<

Cette semaine, nous partirons du haut de l’avenue de Tours, la rue Aristide-Briand pour descendre vers la place de l’Hôtel de Ville dans son côté droit (numéros pairs).

Cet axe, en grande partie peu commerçant est surtout résidentiel. Sur l’avenue de Tours, Jacques Garnier se souvient surtout, au 34, de Madame Nail, couturière.

Et rapidement, nous croisons la rue Sainte-Cécile et la rue s’appelle Aristide-Briand et à son angle cette très belle demeure qui fut la maison du Docteur Goude.

Pépette me fait remarquer : « cette maison a été rognée à droite, en 1958, afin d’élargir la rue Sainte-Cécile et à cet endroit Madame Bardet tenait son épicerie-buvette et c’est Madame Renard qui lui succéda ».

Maroquinier

Plus bas, une autre maison remarquable et monumentale celle de trois générations de médecins Loiseau dont le grand-père Léon, « médecin des pauvres » a laissé son nom à une rue de Château.

L'emplacement de la maison du docteur Goude, qui fut médécin à Château-du-Loir.
L'emplacement de la maison du docteur Goude, qui fut médecin à Château-du-Loir.

À l’étage du 14, une autre couturière, Madame Prenand.

>>> A lire aussi : prenez le train en marche vers la gare avec Jacques ! <<<

Nous continuons à dévaler cette rue pour s’arrêter devant le 24 qui a vu le magasin du maroquinier Tavella et aussi, dans la cour, l’atelier de Monsieur Hayet, menuisier. Juste en dessous, là où se tenait la boutique sociale qui a déménagé dans des locaux plus vastes à Luceau, Pépette se souvient de « Monsieur Lafay, peintre en bâtiment qui sifflait tout le temps. Puis, s’est installé un marchand de vélos du nom de Perrot puis un autre dont je ne me souviens plus du nom ».

Dans cette belle maison du 26 bis, Monsieur Perroux était grossiste en boulangerie.

Garage auto

À l’angle de la rue du Rempart, un peu en retrait se tenait un garage automobile tenu successivement par Messieurs Provost puis Langlais.

À l’autre angle, au 32 une maison aux beaux balcons bleus, c’était la maison de Monsieur Thézé, assureur.

Rue du Rempart, un petit château remarquable.
Rue du Rempart, un petit château remarquable.

Puis au 34, le cabinet du dentiste Leblanc puis Bocquillon.

On ne peut évoquer la rue Aristide-Briand sans faire un détour par la rue du Rempart. Cette petite rue courbe se signale en son numéro un par une maison surélevée où, pendant la guerre, Pépette a connu Monsieur Dumesnil, plombier-zingueur. C’est son gendre, de nationalité allemande, qui a repris l’affaire en épousant sa fille.

A l’autre bout de cette charmante petite rue un petit château se présente à nous. « C’était le château de Madame Anglada » me dit Jacques.

Une autre source d’information se souvient d’un sanatorium qui fut aussi l’annexe de la maison de retraite.

Vous rappelez-vous, à gauche de ce petit château, que beaucoup d’enfants de la génération d’après-guerre ont fréquenté le dispensaire ?

Retrouvez ici notre dossier spécial sur les commerces d’autrefois.

Suivez-nous aussi sur Facebook en cliquant sur “j’aime”.

72500 Château-du-Loir

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image