Le Collectif maintient la pression

L'assemblée générale du Collectif Val de Loir a été l'occasion pour son président d'annoncer deux volontés dont une concerne le retour à la taxe sur les ordures ménagères.

16/03/2017 à 10:28 par jimmy.charlot

Pour le Collectif déchets, la réforme 2014 « a coûté un pognon fou ». -
Pour le Collectif déchets, la réforme 2014 « a coûté un pognon fou ».

Le Collectif Val de Loir n’en a pas fini avec ses combats ! Le retour à une collecte en porte-à-porte de proximité depuis le début de cette année
n’est qu’une première victoire.

« C’est une avancée mais la grande question qui subsiste c’est le coût du service. Une question difficile et lourde. La réforme de 2014 a coûté un pognon fou »

concède Marc Blachère.

« C’est un désastre »

Le président du Collectif a réuni son bureau et ses membres, à Pontvallain, pour l’assemblée générale de l’association. Devant une cinquantaine d’adhérents, Marc Blachère a rappelé quelques chiffres éloquents.

>>> A LIRE AUSSI : les factures arriveront plus tard <<<

« En 2013, les dépenses de fonctionnement du Syndicat s’élevaient à 3,9 millions d’euros. Fin janvier 2017, on nous parle de 5,3 millions d’euros. Soit une hausse de 36 %. C’est le coût de la réforme ! Il a fallu acheter les équipements et financer le nouveau dispositif de collecte entre 2014 et 2016. C’est un désastre »

se lamente le président.

Horizon 2019

Désormais, le collectif, qui compte encore 1800 membres, lorgne vers la fin des contrats de collecte avec Veolia. « Notre vision, c’est 2019, date à laquelle les contrats s’achèveront. De nouveaux appels d’offres seront lancés », ajoute Marc Blachère.

Après la remise en place d’un service en porte-à-porte de proximité, le Collectif Val du Loir tient à apporter de nouvelles propositions. « Notre première condition, c’est la réduction du coût du service par une réunification de la collecte. C’est-à-dire, la suppression totale des colonnes comme c’était le cas avant 2014. On demande aussi un retour à la
taxe car la redevance n’a pas profité aux moins aisés. La taxe a un côté social. »

Et pour le Collectif, le combat continue.

Approfondissez le sujet en lisant notre édition du vendredi 17 mars 2017

Suivez-nous aussi sur Facebook, en cliquant sur “J’aime”.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter